Vous êtes ici : Accueil > Publications > Modernisation du port de BASSENS
Publié : 23 mars

Par Gaëlle Richard - g.richard@sudouest.fr

Modernisation du port de BASSENS

Publié le 21/03/2021 à 9h05


La première phase des travaux de modernisation du terminal à conteneurs de Bassens s’achève. Le but : augmenter le trafic. Les dockers se disent satisfaits

Au port de Bordeaux, le terminal à conteneurs entre dans le XXIe siècle. La première phase des travaux de restructuration du quai de Bassens s’achèvera fin juin 2021. La modernisation de ce terminal, avec ses quais, sa zone de stockage et ses hangars, constitue l’un des piliers de la stratégie de développement du Grand Port Maritime de Bordeaux. Lors de son arrivée, fin 2019, le directeur général, Jean-Frédéric Laurent, a fait de cette infrastructure la priorité de son ambition de reconquête du marché. L’objectif affiché est d’augmenter la surface de ce terminal, de 60 000 m² à 88 000 m², en le modernisant pour espérer passer, à terme, de 30 000 conteneurs à 80 000. Coût total des travaux : 22 millions d’euros.

Deux bateaux en simultané Le quai de Bassens change de visage. Cette zone de transition entre le bateau et le stockage des conteneurs fait peau neuve et ce n’était pas du luxe. La moitié du hangar 45 a été détruite en janvier, laissant 6 000 m² disponibles pour agrandir 1e quai et 1a zone de stockage du parc à conteneurs. « L’ancienne partie du hangar 45 constituait un obstacle pour la circulation des engins de manutention », explique Guillaume Gabach, responsable du département exploitation au Grand port maritime de Bordeaux. Le linéaire de « bord à quai » a ainsi gagné 400 mètres, ce qui permettra de décharger deux navires simultanément au lieu d’un seul. La nouvelle surface plane du quai permet aux lourds engins de circuler sans heurts donc d’être moins abîmés, de diminuer le temps et le coût de leurs réparations et de circuler plus vite. Les cadences s’en trouveront améliorées. Les rails, datant du début du XX" siècle, sont changés de manière à être reliés à ceux de SNCF Réseau. « Cela permettra un report modal mer-terre-fer ! Le conteneur pourra passer directement du bateau au train », précise Guillaume Gabach. Cela sera possible dès 1’achèvement de ces travaux, fin juin. En outre, la filiale du port, Bordeaux opérations Portuaires (BoP), vient d’acquérir deux nouvelles grues : une livrée en mai, l’autre en novembre. « Notre objectif est d’aller chercher de nouveaux clients, augmenter le trafic de la compagnie CMA-CGM et, pourquoi pas, faire revernir MSC. Pour cela, i1 était nécessaire de commencer par moderniser notre outil qui en avait grandement besoin, argue Guillaume Gabach.

Quai moderne et sécurisé
Le nouveau parc à conteneurs s’étendra sur dix hectares. Il pourra charger aussi bien des camions que des trains ou d’autres navires comme des barges fluviales. « La zone est déjà sécurisée par une ceinture de blocs en béton armé surmontés d’une grille. Il nous reste les portails automatiques à installer, précise Guillaume Gabach. Ils seront pilotes par un système informatique de gestion d’entrées/sorties de marchandises. C’était une demande forte de notre client CMA-CGM. » Autre nouveauté qui fera gagner du temps lors des opérations, les services de I ‘Etat sont dorénavant présents juste à côté du parc.
Les douanes et les services vétérinaires (de contrôle de I ‘alimentation animale et végétale pour la consommation humaine et animale) n’auront plus à faire voyager un conteneur jusqu’à Bruges pour 1e contrôler. La « boîte » ne sera déplacée que de quelques centaines de mètres.

Les dockers satisfaits : Jérémy Barbedette, secrétaire général des dockers de Bordeaux, témoigne de la satisfaction de ses collègues. « L’augmentation de la surface de quai nous permettra de mieux manœuvrer les engins, d’améliorer la fluidité des tâches et d’élargir Ia visibilité durant les manœuvres. On saura aussi à f instant T où se trouve tel conteneur, on pourra ainsi gagner du temps pour s’en saisir. » La modernisation du terminal permettant de décharger deux navres à la fois, les dockers seront amenés à adapter leur organisation de travail. « C’est important de gagner des clients. S’il faut changer les rythmes de travail, on fera ce qu’i1 faudra » dit-il sans autre précision.